You are here

Eco-logistique

Qu’est ce que l'éco-logistique ?


Conscient de son impact sur l'environnement, le Groupe SEB a engagé très tôt une démarche d'éco-logistique (ou logistique "verte") afin de réduire ses émissions de CO2 liées aux transports.

 

Une réflexion globale, des partenaires investis

En 2005, le Groupe SEB s’est engagé au sein du Club DEMETER aux côtés de distributeurs, de partenaires logistiques, de fabricants et d'organismes publics tels que l’ADEME.

Véritable lieu de partage d'expériences et de réflexions, ce club vise à promouvoir une logistique respectueuse de l’environnement et à mettre en oeuvre des solutions opérationnelles destinées à maîtriser les impacts environnementaux. Parmi les thèmes de travail : la définition d’indicateurs éco-logistiques pertinents pour mesurer les progrès dans ce domaine, la mutualisation des moyens de transports et des plateformes logistiques.

 

Nos flux logistiques intègrent le développement durable

 

 

Le bilan carbone logistique du Groupe

Soucieux de limiter l’impact sur l’environnement des transports liés à la fabrication et la commercialisation de ses produits, le Groupe SEB a renforcé en 2008 sa démarche d’éco-logistique qui vise avant tout à réduire les émissions de CO2. Un Comité Eco-logistique, rassemblant 25 responsables de flux logistiques du Groupe, a été créé pour coordonner et assurer le suivi de cette démarche. Fin 2009, un premier bilan carbone logistique a été établi et le Groupe a continué à le fiabiliser : la méthode de calcul a été affinée et le périmètre élargi (Monde, dont les nouvelles acquisitions).

Le Groupe SEB a réalisé en 2015 son huitième bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) liées aux transports des produits, matières premières et composants. Ce nouveau bilan évalue à environ 195 000 tonnes équivalent CO2 les émissions de GES sur un périmètre monde.

 

Plusieurs leviers d'action

Pour continuer à réduire ses émissions, le Groupe oriente son action selon trois axes principaux : l'amélioration du taux de remplissage des unités de transport (camions ou conteneurs maritimes), le développement de modes de transports doux, alternatifs à la route (voie fluviale, rail...) et le renforcement des exigences vis-à-vis des transporteurs. Les contrats transports Groupe mis en place en France sont progressivement étendus à l'international. Ils comportent une clause spécifique sur le développement durable qui exige notamment la fourniture d'un reporting trimestriel des émissions de CO2 par type de fret et la mise en place d'un plan d'actions pour réduire ces émissions.